Caisse d’économie solidaire: Desjardins

Nominee: Caisse d’économie solidaire Desjardins

By: Erica Barbosa

The Caisse d’économie solidaire Desjardins has been nominated for its recent program preserving religious patrimony, which is intended to support projects of transformation of religious estate. This is a great example of a financing program by a major impact investor in Canada, motivated primarily by economic development for social impact. Social impact has always been the driving principle of the Caisse as it relates to the strengthening of social justice, equity and solidarity. This new program seeks to link social enterprises that are in need of working space with religious groups that are wanting to sell their estates or patrimony for social purpose use.

The Caisse is a remarkable impact investment institution, and its investment decisions of are always driven by needs at the community level. The Caisse brings financing solutions to meet community demand. We asked Colette Harvey, the Caisse’s director of strategic development, to share her insights on both the preservation of religious patrimony project and the work of the Caisse in general, as well as how social finance is shaping up in Quebec. Here’s what she had to say.

What was the motivation for this project?

Colette: The motivation to begin a project related to the restoration and reconversion of religious patrimony in Quebec came from evidence that many religious communities had large amounts of estate—patrimony used for cults, churches, convents, etc. This patrimony, for us in Quebec, is tied to a cultural patrimony. It is usually the case that the religious groups selling these properties and patrimony wish that the purchasers continue to use it in ways that serve the communities; that is, that they have a social component and that they have a cultural space.

As we started to look into this market, we realized that the market for private investment (private promoters) in this kind of patrimony was already served to a large degree by private investments that would develop luxury residences, which serve only one part of the population.

At the Caisse, we have always been motivated by collective patrimony. And that is how we started looking at projects that would serve as a “link” within a given community, before any financial profit.

On the other hand, there is a big group of non-profit organizations (NPOs), co-operatives and associations that are in search of rental spaces to run projects, and all of these organizations were not necessarily finding each other.

We felt a need, from our part, to support associations of NPOs and co-operatives to find “sellers” to co-design and agree on projects that made sense both for the project implementers and for those wanting to sell, yet preserve, the patrimony space.

Do you have examples of projects? There is one here in Montreal—Centre St-Pierre—would it fall into the kind of projects you support?

Colette: Yes, the Centre St-Pierre (CSP), which is under preparation. We have different offerings in this program, including consulting services to accompany organizations in developing their plans and with the CSP we are intervening at that level.

Another project in Montreal that we developed is Le Ligouri. Originally they wanted to build condos, but the religious community that was selling the property wanted it to be used for social purpose. La Caisse came in, in the partnership model that we operate, since it is a very costly project. For instance, Phase 1 alone cost $47 million.

When you are evaluating your projects, you talk about how “the social dimension must be present.” What do you mean by that? How do you measure social impact?

Colette: For us, social impact is the primary concern and reason to embark on a project. First and foremost, this is represented by the project being owned by the population and by the community, that is, a collective organization. We consider ourselves a channel for financing when we know a project is well integrated within a community.

What are some of the difficulties or challenges you perceive within the field of social finance? Were there any project-specific difficulties to overcome?

Colette: One of the biggest challenges in the field of social finance is that we need constant creativity. We work strongly as a network and so that has implications in terms of understating the innovations that are presented in some projects along with the particular financing needs that they have. We polish the programs along with the promoters of the project and then try to structure the best financing model for the project at the table with our network, so you are discussing among a variety of financiers who do not have the same products.

For example, when we work with a workers’ fund, they will finance a particular part of a project—risk capital—whereas we are more likely to provide debt products. We are constantly working together to leverage off of each others’ offerings.

This is still a challenge at the innovation and creative level since we work as a network, but we are constantly trying as a network to assess projects, which in most cases are novel and innovative, and we need constant creativity and innovation ourselves to provide adequate financing to support a viable social economy project.

How do you perceive the field developing in the rest of Canada? And how does it differ from Quebec?

Colette: I think there is increased interest in impact investing, in wanting to develop projects that have financial and social impact and awareness of what that means. I am not sure the basis is the same, however. For us here, in our context, our primary interest has always been the social impact to the extent that it improves social justice, equity and solidarity. On that basis we asked how to do it. We could have approached it in different ways: engaging with communities and then mobilizing or at the political level. We decided to do it at the financial level. To improve justice we will, through finance, find ways to support and educate/provide the tools to organizations, so they can develop projects that are of collective interest and impact.

I am under the impression that in the rest of Canada the motivation or departing point is slightly different. I know it less well, but here in Quebec it is highly linked to the Quebec culture (that is, the collective/co-operative movement that was initiated in the 1900s).

Where is social finance going in Canada?

Colette: Social finance has gained a lot of momentum. On the one hand there are challenging neoliberal economic models. There is a need to finance the real economy and make sure these projects are not in contradiction with the needs of the population or environmental constraints. This will lead to the development of new models. I think that we are [heading] in a very positive direction.

What advice would you give to new entrants, new investors in this space?

Colette:

  1. Always be connected to the needs of the communities and end beneficiaries.
  2. Start projects in collaboration with the benefiting communities.
  3. Work as a network and in teams.

At a personal professional level, what are your next milestones?

Colette: I am at the Caisse because of choice. The philosophy at the Caisse—of supporting economic development for social justice—was “Wow.” Being able to contribute, through finance, to the development of a society that is more harmonious is what I wanted as I joined the team.

Our investors are the members, we are a co-operative; and to know that every dollar you put in at the Caisse might be invested in community development projects [is] a nice model of alignment of needs.

En nomination : Caisse d’économie solidaire-Desjardins

Par : Erica Barbosa

La Caisse a été mise en nomination pour son récent programme de préservation du patrimoine religieux, destiné à soutenir les projets de  transformation de l’immobilier religieux. Voici un exemple exceptionnel d’un programme de financement par une institution financière majeure au Canada dont la motivation première est le financement de l’économie sociale et solidaire. La finalité sociale, c’est  le principe fondateur de la Caisse, notamment le renforcement de la justice sociale,  le partage de la richesse  et la solidarité. Ce nouveau programme vise à mettre en contact des entreprises sociales sans cesse à la recherche de locaux avec des groupes religieux désireux de vendre leurs biens immobiliers ou patrimoniaux tout en servant des objectifs sociaux.

La Caisse est une remarquable institution  spécialisée dans le financement des entreprises d’économie sociale. Ses décisions sont toujours motivées par les besoins au niveau de la communauté. Ils procurent des solutions financières qui répondent aux demandes. Nous avons demandé à Colette Harvey de partager avec nous ses idées tant à propos du projet lui-même que du travail de la Caisse et, aussi, comment la finance sociale prend forme au Québec. Voici ce qu’elle nous a raconté :

Quelle est l’origine de ce projet ?

Colette : La motivation qui a permis de lancer ce projet lié à la restauration ou reconversion du patrimoine bâti du Québec vient du fait que nombre de communautés religieuses du Québec possède d’importants biens immobiliers, édifices patrimoniaux utilisés pour le culte, églises, couvents, etc. Pour nous au Québec, ce patrimoine religieux fait aussi partie du patrimoine culturel. Souvent, les groupes religieux qui tentent de vendre ces propriétés patrimoniales souhaitent qu’elles continuent à servir les communautés comme, par exemple, qu’elles renferment une composante sociale ou un espace culturel.

Lorsque nous avons commencé à nous intéresser à ce marché, nous avons réalisé que la part de l’investissement privé (les promoteurs privés) en accaparait déjà une large proportion avec, par exemple, le développement de résidences luxueuses qui répondait aux besoins d’une partie de la population. Nous, à la Caisse, avons toujours été motivés par le patrimoine collectif. Et c’est comme cela que nous avons commencé à examiner des projets susceptibles de créer des liens au sein d’une communauté donnée, avant le rendement financier.

D’un autre côté, il existe un grand groupe d’OBNL, de coopératives et d’associations qui sont à la recherche d’espaces pour mener leurs projets et tous ces organismes n’arrivaient pas nécessairement à se connecter les uns aux autres.

Nous avons senti qu’il existait un réel besoin de soutenir des associations à but non lucratif et des coopératives pour les aider à  réaliser des projets qui rencontrent les objectifs visés à la fois par les initiateurs des projets et les organisations religieuses

Avez-vous des exemples de tels projets ? Ici même à Montréal, le Centre St-Pierre serait-il un projet susceptible d’obtenir votre soutien ?

Colette : Oui, le Centre St-Pierre est en préparation. Notre programme est à même d’offrir divers services, incluant les services de consultation pour accompagner les organismes dans l’élaboration de leurs plans et, avec le CSP, nous intervenons en ce sens.

À Montréal, un autre projet en voie d’élaboration est Le Liguori. Au départ, on voulait construire des condominiums, mais la communauté religieuse qui vendait la propriété souhaitait qu’elle serve à des objectifs sociaux. La Caisse s’est impliquée, en vertu d’un modèle particulier de partenariat, car il s’agit d’un projet très coûteux. En effet, la phase I à elle seule s’élève à 47 millions $.

Lors de l’évaluation de vos projets, vous mentionnez le fait que “la dimension sociale doit être présente”. Que voulez-vous dire par cela ? Comment mesurez-vous l’impact social ?

Colette : Pour nous, l’impact social représente notre objectif premier et la raison fondamentale de nous impliquer dans un projet.  La toute première condition est que le projet soit porté par la population et la collectivité, c’est-à-dire un organisme collectif. Nous acceptons de devenir un canal de financement une fois que nous sommes convaincus que le projet est bien intégré au sein d’une communauté.

Quels difficultés et défis percevez-vous dans l’univers de la finance sociale ? Avez-vous rencontré des défis particuliers à certains projets ?

Colette : L’un des plus grands défis du monde de la finance sociale est que nous devons sans cesse faire preuve de créativité. Nous travaillons en réseau et ceci a pour implication de bien comprendre les innovations inhérentes à certains projets tout en appréciant leurs besoins de financement particuliers. Nous affinons nos programmes en collaboration avec les promoteurs des projets. Par la suite, nous tentons de mettre en place le meilleur modèle de financement possible avec nos partenaires du réseau; des acteurs qui offrent des produits financiers très différents les uns des autres.

Par exemple, lorsque nous travaillons avec un fonds de travailleurs, il financera un aspect particulier d’un projet, le capital de risque. Nous, par contre, offrirons plutôt un financement par emprunt. Ainsi, notre collaboration vise toujours à tirer le meilleur parti possible de l’offre de chacun des intervenants.

L’évaluation en fonction de la créativité et de l’innovation demeure un défi, car nous travaillons en réseau. La plupart des projets qui nous sont présentés sont en effet novateurs, cela exige donc que nous fassions également preuve d’innovation et de créativité afin d’offrir un financement adéquat à un projet viable économiquement et socialement.

Comment appréhendez-vous la croissance de ce champ d’expertise dans le reste du Canada ? Et en quoi cela diffère-t-il du Québec ?

Colette : Je crois qu’il existe un intérêt grandissant à l’égard de de la finance sociale  et que l’on veut mettre en oeuvre des projets avec un impact financier et social. On veut aussi favoriser une meilleure compréhension de cet outil. Je ne crois pas cependant que l’on parte des mêmes bases. Pour nous ici, dans notre contexte, l’investissement d’impact a toujours représenté notre intérêt premier, dans la mesure où l’investissement contribue à la justice sociale, à l’équité et la solidarité. C’est à partir de là que nous nous sommes demandé comment faire. Nous aurions pu adopter une autre approche : engager les collectivités, puis les mobiliser; ou en suivant la voie politique, mais nous avons décidé de l’aborder d’un point de vue financier. Afin d’améliorer la justice, nous allons, par la finance, trouver des manières de soutenir, éduquer et fournir des outils à des organisations pour qu’elles puissent développer des projets ayant un impact social et collectif.

J’ai l’impression que, dans le reste du Canada, la motivation, ou le point d’origine est sensiblement différent. Je connais moins ce contexte, mais au Québec, c’est lié à la culture québécoise, soit l’approche collective et coopérative qui a vu le jour dans les années 1900.

Où va la finance sociale au Canada ?

Colette : La finance sociale est sur une lancée. D’autre part, nous sommes confrontés aux modèles issus du néo-libéralisme. Nous avons besoin de financer la véritable économie et de nous assurer que ces projets ne sont pas en contradiction avec les besoins de la population et les enjeux environnementaux. Ceci mènera à la conception de nouveaux modèles. Je crois sincèrement que nous sommes sur une bonne lancée.

Quels conseils donneriez-vous aux nouveaux joueurs, aux nouveaux investisseurs dans cet univers ?

Colette :

  1. Gardez toujours en tête les besoins des collectivités et des bénéficiaires ultimes
  2. Entreprenez des projets en collaboration avec les collectivités qui en bénéficieront
  3. Travaillez en réseau, en équipe

D’un point de vue personnel, quels sont vos prochains objectifs ?

Colette : Je suis à la Caisse par choix. La philosophie de la Caisse qui est de soutenir le développement économique dans une perspective de justice sociale a été pour moi un “wow!” La capacité de contribuer au développement d’une société plus harmonieuse par le biais du financement nourrissait ma motivation lorsque je me suis jointe à l’équipe.

Nos investisseurs sont nos membres, nous sommes une coopérative, et le fait de savoir que chaque dollar que vous placez à la Caisse peut être investi dans des projets de développement communautaire : voilà un beau modèle d’alignement des besoins.

Print

Comments are closed.