Community Forward Fund

Nominee: Community Forward Fund

By: Read Guernsey

Although it is only a few years old, the Community Forward Fund (CFF) has made tremendous strides for Canadian social finance development. These strides culminated in a major milestone this year: the CFF’s investment manager, CFF Assistance Corporation (CFFAC), was registered by the Ontario Securities Commission in early spring, allowing it to manage loans and financing dedicated to charities and non-profits—one of the first corporations of its kind, ever, and certainly the first in Canada. As an intermediary, the CFFAC fills a critical hole in the social finance landscape, connecting investors with “investor-ready” non-profit organizations.

This didn’t happen overnight. Nora Sobolov, CEO and co-founder of the CFF, had been working in the sector for a long time before co-founding the fund. Her experience allowed her to spot the gap in financing.

“A great example is Tucker House,” says Nora, “a green energy group in Ottawa that was looking to purchase some solar panels and plug them into the microFIT program. [Tucker House] had solar panels, a great contract, a lot of land and all the requirements for a loan, but when it went to its financial institution it was denied because it was non-profit.”

“We grew frustrated, so we created our own,” explains Nora. “We consulted, alongside Imagine Canada, with non-profits about the need for loan financing, as well as with potential investors from the foundation and private sector.”

She proceeds to name off a long list of supporters and sources of inspiration; among them was Blake, Cassels & Graydon LLP. “Registration was a very tough needle to thread,” she says. “Blakes helped with a lot of pro bono work around the registration, and the rest became quite doable.”

Plans are already underway to register in Newfoundland and Labrador, Quebec, Alberta and British Columbia. To date, the CFFAC has provided or arranged funds for several organizations—Tucker House included—with over 35 more in the pipeline and over $7 million in the fund.

We asked Nora some questions about what the CFF looks for in a good deal, her advice to future financial players and what’s next for the CFF. Here’s what she had to say:

The theme of the 2012 Social Finance Forum is “Measuring up.” What do you look for in a good deal, and how do you balance the financial return with the social impact? Do you have a recommended approach?

Nora: We look for organizations and individuals that have a track record of doing what they say they are going to do and being successful. We obviously look for organizations that have plans and projects that will contribute to their community, their mission and their financial health.

Ability to repay is essential, as we are an investment fund, but we measure that ability differently than some traditional lenders. Collateral doesn’t indicate an ability to repay, and often you wouldn’t take the collateral anyway. We use a number of metrics developed by our colleagues in the field to measure financial health, which includes strong management, strong financial oversight, good plans and financial history. Our collaboration partners—foundations in many communities—help us identify organizations that fit these criteria.

It’s important to pick the right metrics. Measuring for its own sake doesn’t work. We have to be careful to understand what we need to measure.

Not all social impact measurement is the same.

In terms of the Community Forward Fund, Nora measures by accounting for both the impact of the fund itself and, through its borrowers, an aggregate of impact their various loans have made in the community. For CFF, it can be summarized in a single question: “Is what we are doing contributing to the health of the community organization (investee) that couldn’t be leveraged otherwise?”

And although the “repayment rates by non-profits are greater than small- to medium-sized enterprises,” a statistic that alone should turn some heads, to Nora and the CFF, “health” also means the long-term sustainability of organizations in the sector.

“Studies in the States show that non-profits that apply for loans, whether they get them or not, are better off financially because they have looked at their whole financial picture” says Nora. “To determine impact, we would look towards CARS as a model to develop our impact assessment and to determine an A, AA or AAA rating.”

What advice would you give to individuals and organizations considering entering impact investing as financial players?

Nora: Just do it! We have had remarkable success. Higher than expected investment, higher than expected loan candidates—we’ve been impressed with wealth managers.

Two things: First, work with colleagues that already exist and find ways to fill the gaps and collaborate across. The truth is, there’s a lot of need, and we can all work together (without stepping on each others toes). Second, just start doing. A lot of young people call me with the common hesitancy “We haven’t had an invitation to do this.” It’s not about that. We have to start doing more.

What’s next in impact investing in Canada? Where is the market going? What’s next for the CFF?

Nora: It’s the beginning of an impact investing market for Canada. The infrastructure needs time to develop. Profits won’t come for five to seven years. Alternative revenue streams to build for those seven years are going to be tough. What we need next is the infrastructure that provides support for revenue stream markets, not just in their development stage, but throughout operation, with overall joint services like order fulfillment for products, marketing, etc. This is the next step before equity investments can occur and we really hit economies of scale.

I’m hoping that there will be more of us actually building things. The potential to grow is not limited. Through this registration we’ve offered one option. We’re going to the field and collaborating and partnering, asking questions, finding new loan candidates. As an intermediary, it’s exciting that we work as a collaborator.

I wanted us to win as a group, because it speaks to the will of the foundation sector.


En nomination : Community Forward Fund

Par : Read Guernsey

Bien qu’il n’ait que quelques années d’existence, le Community Forward Fund (CFF) a réalisé des pas de géant pour faire avancer le monde de la finance sociale au Canada. Cette avancée s’est traduite par une réalisation majeure cette année : le CFF ASSISTANCE CORP (le gestionnaire d’investissement du CFF) fut enregistré auprès de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario tôt ce printemps; il peut ainsi gérer des prêts et du financement destinés aux organismes de charité et aux OBNL, l’un des premiers en son genre ayant jamais existé, et sûrement le premier au Canada. En tant qu’intermédiaire, le CFFAC comble un besoin essentiel dans l’univers de la finance sociale, permettant de mettre en contact les investisseurs avec les organismes à but non lucratif prêts à les accueillir.

Cela ne s’est pas produit en une nuit. La directrice générale et cofondatrice, Nora Sobolov, a oeuvré dans le secteur longtemps avant sa venue au CFF. Son expérience lui a permis d’identifier cette carence du financement : “un très bel exemple est la Tucker House,” mentionne-t-elle, “un groupe en énergie verte à Ottawa qui cherchait à acheter des panneaux solaires pour les brancher via le programmme Micro-FIT.” “[Tucker House] possédait déjà des panneaux solaires, un superbe contrat, de vastes terrains et tout ce qu’il faut pour obtenir un prêt, mais quand ils sont allés voir la banque, on les a refusés à cause de leur statut d’OBNL.”

“Notre frustration a grandi, alors nous avons créé notre programme. Accompagnés d’Imagine Canada, nous avons consulté des OBNL au sujet de leurs besoins en matière de financement sur emprunt; nous avons aussi consulté des investisseurs potentiels et le secteur privé.” Nora poursuit en nommant une longue liste de supporteurs et sources d’inspiration. Parmi ceux-ci, on comptait Blakes . “L’enregistrement s’est avéré une aiguille extrêmement difficile à enfiler. Blakes Cassels & Graydon LLP nous a aidé au niveau de l’enregistrement en fournissant beaucoup de travail pro bono. Par la suite, ce fut plutôt facile.” Il existe déjà des plans pour procéder à de tels enregistrements à Terre-Neuve-et-Labrador, Québec, Alberta et Colombie-britanique. À ce jour, CFFAC a fourni des fonds ou fait des arrangements pour plusieurs organisations (incluant Tucker House); trente-cinq autres sont en discussion et le fonds renferme 7 millions $.

Nous avons demandé à Nora quelques questions sur l’économie sociale et les CFF. Voici ce qu’elle avait à dire:

Le thème du Forum sur la finance sociale 2012 est : être à la hauteur. Que recherchez-vous dans une bonne affaire et comment équilibrez-vous rendement financier et impact social ? Pouvez-vous recommander une approche ?

Nora: Nous recherchons des organisations et des individus ayant une feuille de route démontrant qu’ils font ce qu’ils ont dit qu’ils feraient et qui réussissent. Nous recherchons bien sûr des organisations qui ont des plans et des projets qui apporteront une contribution positive à leur communauté, leur mission et leur santé financière. La capacité de rembourser est évidemment essentielle puisque nous sommes un fonds d’investissement, mais nous mesurons cette capacité de manière différente des prêteurs traditionnels. Le nantissement n’influence pas la capacité à repayer et, bien souvent, nous ne nantirons pas un bien. Nous utilisons une série de paramètres mis au point par nos collègues du milieu pour mesurer la santé financière qui inclue aussi une gestion solide, des projections financières crédibles, une bonne planification et l’historique financier. Nos partenaires, des fondations dans biens des milieux, nous aident à identifier les organisations qui rencontrent ces critères. “Il est important de choisir les bons paramètres. Mesurer pour soi ne fonctionne pas. Nous devons faire attention de mesurer ce qui doit l’être.” La gestion des enjeux stratégiques n’est pas partout la même.

En ce qui concerne le Community Forward Fund, Nora tient compte à la fois de l’impact du fonds lui-même et de celui obtenu à travers ses emprunteurs. En d’autres mots, elle cherche à identifier le degré d’influence que l’ensemble de leurs prêts a eu sur l’impact au sein de la communauté. Pour CFF, la question se résume à ceci : l’organisme bénéficiaire n’aurait pas pu obtenir ces fonds autrement; contribuons-nous à sa santé financière ?

“Et bien que le taux de remboursement chez les OBNL est plus élevé que pour les petites et moyennes entreprises” (une statistique à elle seule qui devrait attirer l’attention), la “santé” pour Nora et le CFF n’est pas que cela, elle signifie aussi la viabilité à long terme des organismes du secteur : “Les études aux États-Unis ont démontré que les organismes à but non lucratif qui ont présenté des demandes de prêt, peu importe qu’ils l’aient obtenu ou non, se retrouvent dans une meilleure situation financière parce qu’ils ont pris la peine de mener un examen approfondi de leur situation financière.”

"Pour déterminer l’impact, nous nous tournerions vers le CARS comme modèle pour développer nos outils d’évaluation d’impact et déterminer les cotes de crédit A, AA ou AAA.”

Lorsqu’on lui demande : quel conseil donneriez-vous aux individus et organismes qui envisagent de faire de l’investissement d’impact comme joueur financier ?

Nora: Faites-le, un point c’est tout! Nous avons connu un succès remarquable; des investissements plus importants que prévu, des candidats aux prêts plus nombreux que prévu, nous avons été impressionnés par les gestionnaires de patrimoine. Deux choses cependant : travailler avec des collègues déjà en affaires et trouver des façons de combler les vides et de favoriser la collaboration. Le fait est que les besoins sont grands et que nous pouvons tous travailler les uns avec les autres (sans nous marcher sur les pieds); et deux : commencer à agir : de nombreux jeunes me téléphone avec cette hésitation constante “nous n’avons pas été invités à faire cela”. Ça n’a rien à voir. Nous devons commencer à accomplir davantage.

Qu’est-ce qui nous attend dans l’investissement d’impact au Canada ? Où va le marché ? Que réserve l’avenir pour CFF ?

Nora: Nous sommes à l’aube du marché d’investissement d’impact au Canada. L’infrastructure mettra du temps à se développer. Les profits n’arriveront pas avant cinq ou sept ans. Les sources de revenus alternatives pour bâtir au cours de ces sept années seront dures à trouver. Ce dont nous aurons bientôt besoin, c’est d’une infrastructure qui soit en mesure de soutenir les marchés générateurs de revenus, non seulement dans leur phase de développement, mais tout au long des opérations, et qui portent sur l’ensemble des services conjoints comme l’exécution des commandes pour les produits, la mise en marché, etc. Ceci représente la prochaine étape avant que l’investissement en équité devienne réalité et que nous réalisions des économies d’échelle.

J’espère que nous serons un plus grand nombre à véritablement bâtir des choses. Le potentiel de croissance n’est pas limité. Grâce à notre enregistrement, nous avons offert une nouvelle option. Nous allons sur le terrain, nous collaborons et établissons des partenariats, nous posons des questions et trouvons de nouveaux candidats pour des prêts. En tant qu’intermédiaire, c’est stimulant de travailler comme un collaborateur.“ Ici, elle prend un moment pour reconnaître tous ceux qui l’ont soutenue, elle et le CFF, durant ces années d’établissement. ”Je voulais que nous en ressortions gagnants en tant que groupe parce que ça fait la démonstration de la volonté du secteur des fondations.

Print

Comments are closed.