Greenchip Financial Corporation

Nominee: Greenchip Financial

By: Lindsay Roxon

John Cook and Greg Payne of Greenchip Financial aren’t your typical investment specialists. Rather than focusing on short-term results—surfing the monster waves of the tumbling economy, calculating when to ride and when to bail—they believe that long-term investment in environmentally sustainable industries will produce better returns in the long run.

Founded in 2007, before the current financial maelstrom hit, by former MaRS President and COO John Cook and former portfolio manager Greg Payne, Greenchip Financial is looking for companies that hold a long-term view. Greenchip has bravely led the way for a new kind of fund that focuses on value creation. Advocating a financial high road based on its philosophy of “Blue Chip Investing in the Green Economy,” Greenchip intends to attract and direct as much capital as possible to the best environmental companies in the world.

The company’s office, which has the vibe of an innovation centre, with exposed brick and bullfrog power, is located in a co-working space on the Esplanade, a trendy strip just a stones-throw away from Toronto’s financial core.

How the financial system got it wrong

It’s obvious from speaking to Greenchip’s founders that both their passion for and frustration with the existing financial system run deep. Both John and Greg became disenfranchised with the shortsightedness of the financial industry, realizing that as a society we are failing to invest in what matters. They tired of watching industry professionals create yields by focusing on price movements and debt creation (versus value creation), while encouraging overconsumption and ignoring the mounting environmental and social crises left in their wake.

John and Greg believe that by 2030 a $2.5 trillion annual investment will be required to address our environmental challenges. They point out that society’s obsession with finding income streams drawn from old or non-renewable assets is contributing to mispriced securities and affecting its ability to grow in a sustainable way.

It’s an important conundrum that the greater financial community has yet to recognize. “If all we want to do is take rent off of non-renewable resources or crumbling infrastructure, there’s going to be nothing left for our children,” stresses John.

Greg, too, believes that the popular approach to creating profit is misguided: “I really do have a belief that we’re wasting capital,” he says. “It’s being misallocated to massive suburban developments that are uneconomic… or huge over-retailing of much of the Western hemisphere, instead of toward renewable energy, which is capital intensive, but once it’s built we’ll have major returns on energy that is virtually free in terms of operating costs.”

“Our society isn’t willing to make the sacrifice of forgoing consumption today to invest in something like this that will actually secure our resource energy environment in the future,” he continues.

These practices and short-cut solutions to create financial return are deeply entrenched and have gone on for years. However, John and Greg believe that with signs of strain already apparent on environmentally sensitive industries like agriculture, the trend won’t last much longer. Knowing this, they shoulder an important responsibility to create positive experiences for social impact investors. They worry that when the tipping point comes there will be a lot of bandwagon-jumping that impact investors need to be prepared for. It is essential that the impact industry avoids creating negative experiences that could brand impact investing as just another fad rather than a necessary game-changer.

Greenchip is making it right

John specifically stresses the importance of creating positive early experiences: “We have to do it right,” he says. “That world over there in those big towers would love to say, ‘I told you so.’”

Greenchip has developed a four-stage process to ensure that the company follows through with its commitment to create great experiences around investing in alternative power, water, sustainable agriculture and environmental technologies. The group exercises a disciplined approach to expertise and long-term investments to yield high returns in the industries that it believes will benefit as more people begin to recognize the mounting environmental issues, resource strain and booming populations.

While John and Greg believe that disruptive clean technologies can have a large impact, they take the approach of investing in more established companies with global networks and access to capital, which they believe have the best chance of positive outcomes. Greg says this is because these companies hold the “longest view” (in comparison to their early-stage venture counterparts), recognizing that their own survival is dependent on thriving societies and sustainable practices.

“Everyone wants to make their millions instantly,” says Greg. “We’re talking about things that are more real, physical multi-decade returns. You say multi-decade returns to someone in Silicon Valley and they walk out the door, they don’t have that long view.”

Their impact

When asked about how to compare the impact they create with other impact investments, John explains that the local small investments which have less risk need to be complemented by a more diversified larger scale investment.

“You can take a 15-year-old kid that is really troubled, and, through social services, you can set that kid up and turn their life around. At the same time you can build a very broad-reaching social service that’s going to reach many kids that will also make a tremendous impact,” he explains.

While Greenchip sees both forms of impact essential, their role is most important to the latter. While investing in established companies may not create the caches that individuals and companies would like to attach to their names, the impact of their investments is of equal value.

Advice to the next generation of social finance players

John advises individuals or organizations that would like to be involved in social finance to be passionate and ready for challenges.

“Be prepared for the long haul, gain experience and have lots of connections,” he says. “It’s going to be touch and go. Don’t do it if you’re not committed. On the other hand, it is so satisfying—a startup is always satisfying and interesting, but it’s extremely challenging.”

Why are they “Canada’s Most Promising New Financial Player” in social finance?

As the world’s financial system is in a dark moment, John and Greg believe that long-term, value-based investing in sustainable industries will produce a positive result for both Greenchip’s investors and for future generations. Greenchip believes that directing more capital to the best environmental companies will ensure not only an environmentally conscious world, but also a world where our values are represented in our financial system.


En nomination : Greenchip Financial

Par : Lindsay Roxon

John Cook et Greg Payne de Greenchip Financial ne correspondent pas à vos spécialistes en investissement habituels. Ils ne focalisent pas sur les résultats à court terme, surfant les vagues monstrueuses de l’économie trébuchante, essayant de calculer quand voguer et quand rentrer. Cook et Payne croient plutôt que l’investissement patient dans l’industrie du développement durable générera de meilleurs rendements à long terme.

Fondée en 2007, avant que le maelström ne frappe, Greenchip est à la recherche d’entreprises avec une vision à long terme. Mise sur pied par l’ancien chef de la direction de MaRS, John Cook, et par l’ancien gestionnaire de portefeuilles, analyste financier agréé et docteur en philosophie, Greg Payne, Greenchip Financial a bravement ouvert le chemin pour un nouveau type de fonds qui se concentrent sur la création de valeur. Fidèle à ses principes basées sur la philosophie du “blue chip investissant dans l’économie verte”, Greenchip a l’intention d’attirer et d’amener le plus possible de capitaux vers les meilleures compagnies environnementales du monde.

Ses bureaux aux briques exposées et d’où se dégagent un sentiment de puissance digne de Bullfrog Power, sont situés dans un espace de cotravail sur l’Esplanade, une artère à la mode, à un jet de pierre du centre financier de Toronto.

Comment le système financier a dérapé

Il est évident, lorsque l’on discute avec les fondateurs, que leur passion et leur frustration face au système financier ont des racines profondes. Tous les deux ont été désenchantés par la courte vision de l’industrie de la finance, réalisant qu’en tant que société, nous n’investissons pas dans ce qui compte. Ils se sont fatigués de voir les professionnels de l’industrie créer des rendements en focalisant sur la fluctuation des prix et la création de dettes (plutôt que la création de valeur), tout en encourageant la surconsommation et faignant d’ingnorer l’acrroissement des crises environnementale et sociale laissées dans leur sillage.

Selon Cook et Payne, d’ici 2030, les défis environnementaux nécesssiteront un investissement annuel de 2,5 billion $. Ils affirment que notre obsession à chercher des sources de revenus provenant d’actifs anciens ou non renouvelables contribue à la mauvaise évaluation des titres et affecte notre capacité à soutenir une croissance durable.

C’est là une énigme importante que la communauté financière élargie doit enfin accepter. Et Cook d’ajouter : “si tout ce que nous voulons c’est de tirer profit des ressources non renouvelables ou des infrastructures croulantes, il ne restera plus rien pour nos enfants.”

Payne croit égalment que l’approche populaire de générer des profits est orientée à faux : “Je suis convaincu que nous gaspillons le capital, il est mal investi, dans le développement de banlieues non économiques… ou dans d’énormes ventes à rabais de l’hémisphère occidental, plutôt que d’investir dans l’énergie renouvelable qui est gourmande en termes de capitaux, mais qui une fois mise sur pied fournira des rendements substantiels sous forme d’énergie quasi-gratuite en termes de coûts d’opération. Notre société n’est pas prête à réduire sa consommation aujourd’hui afin d’investir dans une telle solution qui, dans les faits, garantirait notre accès aux ressources énergétiques dans l’avenir.”

Ces pratiques et ces solutions attrayantes à court terme pour générer du rendement financier sont profondément ancrées et ont cours depuis de nombreuses années. Cependant, Cook et Payne croient qu’avec les signaux de pression déjà présents dans les industries sensibles à l’environnement comme l’agriculture, cette tendance ne pourra durer encore bien longtemps. Convaincus de cette situation, ils se sont donnés comme mandat de générer des expériences positives pour les investisseurs visant un impact social. Ils s’inquiètent du fait qu’une fois atteint le point charnière, tous voudront sauter sur ce train et que les investisseurs à impact social doivent être bien préparés. Il est essentiel que l’industrie à impact social évite d’engendrer des expériences négatives, ce qui aurait pour effet d’étiqueter l’investissement à impact social comme étant une lubie plutôt qu’une approche nécessaire visant à changer la donne.

Greenchip corrige la donne

Cook insiste sur l’importance de créer, dès le départ, des expériences positives : “Nous devons le faire correctment. Tous ces gens dans leurs grandes tours aimeraient pouvoir dire, ‘Je vous l’avais bien dit’”.

Ils ont mis sur pied un processus en quatre étapes qui permet d’assurer qu’ils donnent vie à leur engagement de créer d’excellentes expériences en investissant dans les domaines de l’électricité, de l’eau, de l’agriculture durable et des technologies de l’environnement. Ils ont adopté une approche disciplinée, favorisent l’expertise et l’investissement à long terme qui rapporteront de hauts rendements dans des industries qui, selon eux, en bénéficieront à mesure que les gens prendront véritablement conscience des défis environnementaux, de la pression sur les ressources et de la croissance rapide des populations.

Bien qu’ils croient que les technologies propres émergentes peuvent avoir un grand impact, Greenchip choisit plutôt d’investir dans des entreprises mieux établies, ayant accès aux capitaux et à des réseaux mondiaux, lesquelles, selon eux, auront davantage de chance de générer des résultats positifs. Payne déclare que c’est parce que ces compagnies ont une meilleure vision à long terme (en comparaison avec leurs contreparties au stade du démarrage). Ils reconnaissant également que leur propre survie dépend de sociétés florissantes et ayant des pratiques durables.

“Tout le monde veut ses millions instantannément. Nous parlons plutôt de choses avec immobilisation tangible produisant des rendements au fil de décennies. Vous mentionnez multi-décennies à des gens de la Silicon Valley et ils prennent la porte. Ils n’ont pas cette vision à long terme.”

Leur impact

Lorsqu’on leur demande de comparer l’impact qu’ils génèrent à celui d’autres investissements à impact social, Cook explique que les petits investissements locaux à risque moins élevé doivent être complémentés au moyen d’investissements plus diversifiés et de plus grande échelle.

“Vous pouvez prendre un jeune de quinze ans, vraiment en difficulté, et grâce aux services sociaux, vous pouvez changer sa vie. Dans un même temps, vous pouvez aussi bâtir un large réseau de services sociaux qui pourra rejoindre un grand nombre de jeunes, ce qui produira également un impact considérable.”

Bien que Greenchip considère les deux approches comme essentielles, ils voient leur rôle comme plus important dans la seconde approche. Malgré le fait qu’investir dans des entreprises établies n’attire pas autant d’attention que certaines entreprises ou individus le souhaiteraient, l’impact de leur investissement est d’égale valeur.

Avis à la prochaine génération des acteurs de la finance sociale

Cook avise les individus et les organismes qui souhaiteraient d’impliquer dans le domaine de la finance sociale d’être des passionnés et de se préparer à affronter de nombreux défis.

“Soyez prêts pour un long voyage, prenez de l’expérience et amassez de nombreux contacts. Vous vivrez de nombreux posés-décollés. N’y allez pas si vous n’êtes pas totalement engagés. D’autre part, c’est tellement grisant, un démarrage est toujours satisfaisant et intéressant, mais il vous offre aussi plein de défis.”

Pourquoi sont-ils “le nouveau joueur le plus prometteur au Canada” en finance sociale?

Alors que le système financier mondial traverse des moments sombres, Greenchip croit que l’investissement à long terme dans les industries durables génératrices de valeur fournira un rendement positif tant pour les investisseurs de Greenchip que pour les générations futures. Chez Greenchip, on est convaincu que le fait d’amener davantage de capitaux vers les meilleures compagnies environnementales donnera naissance, non seulement à un monde respectueux de l’environnement, mais aussi à un monde où nos valeurs seront présentes au sein du système financier.

Print

Comments are closed.