RBC Investing for Impact Fund

Nominee: RBC Investing for Impact Fund

By: Nabeel Ahmed

As I chat with Sandra Odendahl, Head of the RBC Social Finance Initiative, I can see downtown Toronto spread out in the massive wall-to-wall window behind her. It’s a good reminder of RBC’s place—they are leaders in the financial sector—and of the fact that the resources RBC can bring to bear dwarf almost everyone else’s. This, however, is both a challenge and an opportunity, and is key to understanding RBC’s involvement in impact investing.

As one of the biggest organizations in the country, it was only natural that RBC’s employees would be thinking about the company’s role in promoting sustainability and combining financial acumen to drive social value. Employees from across the organization have had pet projects, from seriously considering socially responsible investing in 2004 to wondering about mission-related investing in 2007. There has been a tradition of corporate philanthropy as well, with RBC Foundation devoting a percentage of the bank’s profits toward charitable and community causes ($98 million in 2011 alone).

How it all began

Events in 2011 led to a global conversation about the role of banks in society. The Occupy movement put pressure on institutions to demonstrate that they had purpose beyond finance and economics—they had a social purpose as well.

These events captured the interest of employees and stakeholders at RBC and led to internal presentations on the impact investing market. These presentations heightened interest within the organization, and there was soon interest at the top as well, from CEO Gordon Nixon and RBC’s board of directors.

“They were saying: ‘What should we be doing to make it more clear that we do care?’” explains Sandra.

The reality of government debt and unanswered questions about public funding for education and social services also made it clear that there was a need to try something new. In a report to the board, RBC explored the feasibility of pursuing social finance. The report’s findings led the board to approve an initiative in social finance.

“The role of the CEO was instrumental,” says Sandra. “Gord Nixon showed real interest.”

Taking action

In January 2012, RBC announced a $20 million commitment to impact investing—the first made by any of the Big Five commercial banks in Canada—as well as a clear statement of intent. The bank allocated $10 million for making impact investments and a further $10 million from the RBC Foundation was invested in the Phillips, Hager & North Community Values Funds.

This was a big step forward for impact investing and social finance in Canada, and was recognized as such. But not everyone was cheering. What exactly was RBC going to do? What was their investment strategy? Who were they going to invest in? Had they moved too quickly?

Big decisions, big responsibilities

“It was a rapid turnaround, but it was just to decide that we were going to do it [impact investing]. Since then we’ve been building the whole framework… the strategy, program, direction,” says Sandra. “In February we began to really look at how we wanted to design our program and what we wanted to do with it,” she explains.

There was a very good reason for the delay. RBC is one of the biggest banks around, and ever since it made a very public commitment to investing for social and environmental return, the pressure has been on to prove that this was a good move. RBC’s success (or failure) will inform the actions taken by other financial players and could have an important influence on the mainstream acceptance of impact investing. RBC is keenly aware of this fact, and the burden of responsibility has been a challenge.

“The pressure is to make sure we do this right,” says Sandra. “We’ve been second-guessing ourselves in trying to strike the right balance.”

Doing it well also means mastering the field; however, as RBC has discovered, no one has mastered impact investing yet.

“[Nobody] has a huge repository of information, so we’re always learning. Just when you’re about to set foot in one direction, new research comes out and makes you think [about a different way],” Sandra explains. “We really want to do this in a way that is very financially rigorous. I have a lot of respect for social entrepreneurs and philanthropists, but at the end of the day we’re a bank. I want to make sure that it’s clear that we haven’t abandoned the principles of good risk management and due diligence.”

It is perhaps for this reason that RBC’s Impact Fund is divided between investing directly (60 to 70%) and in existing funds (30 to 40%). There will be plenty of opportunities to conduct due diligence, too. Sandra mentions “a very robust pipeline—it’s like sipping from a firehouse at times,” she says. “Investments will be made in water, energy and employment (both among the hard-to-employ and youth).”

We asked Sandra some questions about how RBC will measure their impact, where she sees the market going and why RBC should be named “Canada’s Most Promising New Financial Player” in social finance. Here’s what she had to say.

The theme of the 2012 Social Finance Forum is “Measuring up.” How will RBC measure their impact and determine how good deals measure up?

“We really want to make a mark in measuring return. It’s a bit squishy,” says Sandra with determination. “A way to quell skepticism is to be able to say, with some rigour, that we are tracking impact.”

What’s next for impact investing in Canada?

Sandra thinks that other financial institutions will almost certainly make announcements and possibly raise the bar. The nature of those announcements will be much more interesting, though. While RBC has a relatively broad focus, the future will see a more sophisticated market where different investors may choose specific areas of focus—whether that’s aboriginal investments or mental health. As a greater understanding of the Canadian landscape develops, it will become clear where the best opportunities for blended value lie.

As a leader in the mainstream financial sector already, what’s the case for RBC as the “Most Promising New Financial Player” in impact investing in Canada?

As one may suspect, the answer has to do with size. Sandra is excited by huge buy-in from all across the organization, especially from the top leadership.

“Our CEO is really into this, and the board of directors is pumped,” she says.

Having a huge number of employees spread out across the country—“people who know how to deal with small business and what to look for,” explains Sandra—is clearly an advantage, although it might be challenging to effectively tap into that local knowledge. It also helps that RBC has been doing environmental risk management for over two decades, so there are many employees who can play a role and who are putting their hands up.

“We have a lot of reasons we can succeed, and I want to demonstrate that. I want to demystify and de-risk this for the rest of corporate Canada and say: ‘You know what, you can do this.’”


En nomination : Le Fonds Impact RBC

Par : Nabeel Ahmed

Alors que je discutais avec Sandra Odendahl, directrice du Fonds Impact RBC, je pouvais admirer le centre-ville de Toronto à travers l’immense fenêtre panoramique située derrière son fauteuil. C’est un sérieux rappel de la place qu’occupe RBC, ce sont des leaders du secteur financier et les ressources qu’ils peuvent mobiliser donnent aux autres des allures de joueurs des mineures. Ceci représente cependant un défi autant qu’une opportunité et s’avère essentiel à la compréhension de l’implication de RBC dans le monde de l’investissement d’impact.

À titre d’une des plus grandes organisations au pays, il était tout à fait naturel que les employés réfléchissent au rôle que pourrait jouer RBC dans la promotion de la durabilité et mettre à profit son acuité financière pour soutenir la valeur sociale. Des employés, un peu partout à travers l’organisation, avaient entretenu de petits projets privilégiés comme, par exemple, examiner sérieusement le potentiel de l’investissement socialement responsable en 2004 ou encore se questionner sur la valeur de l’investissement rattaché à une mission en 2007. On pense aussi à la tradition de la philanthropie corporative, avec la Fondation RBC qui investit un pourcentage des profits de l’entreprise dans des causes charitables et communautaires (98 millions $ en 2011 seulement).

Comment tout a commencé

Les événements de 2011 ont mené à une discussion généralisée sur le rôle des banques dans la société. Le mouvement “Occupons” mit de la pression sur les institutions pour qu’elles fassent la preuve que, au-delà de leur raison d’être économique et financière, elles avaient également un rôle social à jouer.

Ces événements ont retenu l’intérêt d’employés et de partenaires de la RBC et ont mené à des présentations à l’interne sur le marché de l’investissement d’impact. Ceci engendra une conscientisation accrue au sein de l’organisation et, bientôt, l’intérêt se manifesta au niveau de la direction générale, Gordon Nixon, et des membres du conseil d’administration.

“Ils nous disaient : ”Que devrions-nous faire pour démontrer que nous sommes sensibilisés ?”, dit Sandra. La réalité face à la dette des gouvernements et les questions sans réponse au sujet du financement de l’éducation et des services sociaux démontrait clairement qu’il fallait tenter une nouvelle approche.

RBC déposa un rapport au bureau d’administration dans lequel elle explorait la faisabilité d’investir dans la finance sociale. Les résultats du rapport amenèrent le bureau de direction à approuver une initiative en finance sociale. “Le rôle du directeur général dans cette affaire fut déterminant. Gord Nixon fit montre d’un véritable intérêt.

Passer à l’action

En janvier 2012, la RBC annonçait un engagement de 20 millions $ dans le domaine de la finance sociale. Une première pour les cinq grandes banques commerciales au Canada et une véritable déclaration d’intention. La banque allouait 10 millions $ pour les investissements d’impact et un autre 10 millions $ de la Fondation RBC furent investis dans le PH&N Community Values Funds.

Ceci représentait un grand pas en avant pour l’investissement d’impact et la finance sociale au Canada et ce fut reconnu comme tel. Mais tout le monde ne se réjouissait pas. Que ferait RBC exactement ? Quelle était leur stratégie d’investissement ? Dans qui ou quoi allait-elle investir ?

Était-elle allée trop vite ?

Grosse décision, grandes responsabilités

“C’était un virage rapide, mais c’était seulement pour décider que nous allions le faire (l’investissement d’impact). Depuis, nous avons bâti la structure : la stratégie, le programme, la direction. En février, nous avons réellement commencé à évaluer comment nous voulions concevoir notre programme et ce que nous voulions en faire”, dit Sandra.

Il existe une bonne raison pour ce retard. La RBC est une des plus grandes banques qui existent et depuis qu’elle s’est engagée publiquement à investir dans le rendement social et environnemental, elle doit faire faire la preuve que c’était là une bonne décision. Son succès (ou son échec) servira de base aux actions prises par les autres joueurs et pourrait avoir une grande influence sur l’acceptation, dans les milieux traditionnels, du bien-fondé du financement d’impact. RBC est tout à fait consciente de cette situation et le poids de la responsabilité s’est avéré un défi.

“La pression vient du fait que nous devons faire cela correctement. Nous nous sommes remis en question quant au bon équilibre à atteindre”, déclare Sandra.

Agir correctement signifie également maitriser le domaine et, comme RBC l’a découvert, personne ne comprend encore véritablement l’investissement d’impact.

“Personne n’a encore de référentiel à ce sujet. Donc, nous apprenons sans cesse. Juste comme vous vous apprêtez à partir dans une direction, une nouvelle recherche est dévoilée qui vous suggère d’aller dans une autre. Nous voulons vraiment faire cela de manière vraiment financièrement rigoureuse. J’ai beaucoup de respect pour les philanthropes et les entrepreneurs sociaux, mais notre réalité, c’est que : nous sommes une banque. Je veux faire en sorte qu’il soit clair que nous n’avons pas mis de côté les principes de bonne gestion des risques et de diligence raisonnable.”

C’est peut-être la raison pour laquelle le Fonds Impact RBC est partagé entre l’investissement direct (60 – 70 %) et les fonds existants (30 – 40 %). Il y aura de nombreuses occasions de mener des tests de diligence raisonnable également. Sandra mentionne que “on a accès à tellement de données, c’est comme de s’abreuver directement à la source”. Nous investirons dans l’eau, l’énergie et l’emploi (tant chez les marginalisés que chez les jeunes).”

Nous avons posé à Sandra les questions suivantes : comment RBC mesurera-t-elle son impact ? Où le marché se dirigera-t-il selon elle ? Pourquoi RBC devrait-elle être “le nouveau joueur le plus prometteur au Canada” en finance sociale ? Voici ce qu’elle nous a répondu :

Le thème du Forum sur la finance sociale 2012 est : être à la hauteur. Comment RBC mesurera-t-elle son impact et comment déterminera-t-elle qu’une occasion est vraiment à la hauteur ?

Sandra : “ C’est un peu spongieux. Mais nous voulons véritablement faire notre marque pour ce qui est de la mesure du rendement. ”, déclare Sandra avec détermination. “Une bonne façon de contrer le scepticisme, c’est de pouvoir dire avec une certaine rigueur que nous mesurons l’impact”.

Que réserve l’avenir pour l’investissement d’impact au Canada ?

Sandra pense que d’autres institutions financières feront sûrement des annonces et, possiblement, hausseront la barre. La nature de ceux-là sera beaucoup plus intéressante cependant.

RBC a choisi une zone d’action plutôt large, mais dans l’avenir, nous verrons émerger des marchés plus sophistiqués où les investisseurs pourraient choisir des points de focalisation beaucoup plus pointus, que ce soient les investissements autochtones ou la santé mentale. Au fur et à mesure que se développera le paysage canadien, il deviendra plus évident d’identifier les meilleures opportunités de valeur mixtes.

RBC est déjà leader du secteur financier classique, comment pourrait-elle être “le nouveau joueur le plus prometteur au Canada” en finance sociale ? Comme on peut s’en douter, la réponse a à voir avec la taille.

Sandra est stimulée par l’énorme appropriation au sein de l’ensemble de l’organisation, tout particulièrement celle de la haute direction. “Notre directeur général est vraiment embarqué et notre conseil d’administration est gonflé à bloc”, dit-elle.

Riche d’un grand nombre d’employés répartis partout à travers le pays, “des gens qui savent comment travailler avec les petites entreprises et connaissent ce qu’ils doivent rechercher”, est clairement un avantage. Par contre, il peut s’avérer difficile de véritablement tirer le meilleur parti possible de ce savoir local. Le fait que la RBC a été active dans le domaine de la gestion des risques environnementaux depuis plus de deux décennies s’avère également un atout. Nous avons donc un grand nombre d’employés qui peuvent jouer un rôle et qui disent : présent!

“Il existe un grand nombre de raisons qui nous permettront de réussir et nous voulons en faire la preuve. Je veux démystifier et mâcher le risque (de-risk) de ce secteur pour le reste du monde corporatif canadien, et pouvoir leur dire : ”Vous savez quoi ? Vous pouvez le faire.”

Print

Comments are closed.