Sarona Asset Management Inc.

Nominee: Sarona Asset Management

By: Mathu Jeyaloganthan

A player in the impact investing space long before the term “impact investing” was even coined, Sarona Asset Management (SAM) has a long history of facilitating change in frontier markets. Based in Waterloo, ON, and Amsterdam, the Netherlands, SAM is a private equity fund of funds that invests growth capital in mid-size companies that are rising to the challenge of meeting the needs of a frontier market.

Becoming a new player: greater influence in mainstream markets

SAM was started 60 years ago by a handful of private business people who decided to use some of their capital to invest in small businesses in Latin America. Gerhard Pries, SAM’s CEO, recognizes that history is a foundation of the firm’s success.

“What [SAM] has being doing for 60 years is investing in small- to mid-size business in emerging markets,” explains Gerhard. “Today those markets are far outperforming European and North American markets. So not only did I inherit historical integrity, but also a great investment landscape.”

When speaking about the history of the firm, Gerhard identifies crucial barriers to success that the firm had—and still has—to overcome.

“The primary barrier has been the mainstream capital markets’ understanding and perception of the risks and dangers of these [impact] opportunities,” he says. “Our work is investing in frontier emerging markets, and investors are afraid of those markets.”

Gerhard suggests that another barrier has been the rather ubiquitous perception of an existing trade-off between investing for social impact and financial return.

He describes how the high level of propensity for integrity within the impact investing space can be appealing to mainstream investors: “I spent much of my time in New York within investment banking projects, and the propensity for integrity is not as great within the mainstream industry,” he says. “The mainstream banks are getting hammered. [SAM] has investors who lost a lot of money in 2008. Not only did they lose their money, they had no idea where [the money] had gone. They have become quite ticked off with the lack of transparency and integrity by the big players.”

“In contrast,” Gerhard continues, “they have been extremely pleased with the relationship they have had with us. When investors experience [transparency and integrity] with us, it makes a big difference.”

SAM’s belief in private equity investments as a significant part of the impact investing future leads Gerhard to compare the industry to the environmental movement. Much like David Suzuki’s criticisms, Gerhard vehemently opposes “ghettoizing” the impact investment space into an activist community that will turn off mainstream markets and investors.

“If we don’t bring [the industry] into the mainstream, and instead we ghettoize the space, [impact investing] won’t work,” he says. “The mainstream will think we all wear Birkenstocks, eat granola et cetera. And though much of that may be true, it actually is not a correct picture.”

“What we need to do,” Gerhard continues, “is help the mainstream capital markets infuse all of their business decisions with social, environmental values. That’s why I think it is important not to ghettoize ourselves, but situate ourselves squarely in the middle of the mainstream capital markets.”

Values-based companies and impact

SAM actively demonstrates to its clients that social impact and top quartile financial returns are not mutually exclusive. The firm’s view is that the most progressive social and environmental companies are also the ones that tend to outperform financially. Companies that abuse social values may outperform their competition in the short term, but in the long run that capability will not exist. Gerhard ardently believes that “it is actually the value-based companies that perform in the long term.”

SAM’s operations today are firmly based in its three core values of creativity, excellence and integrity. These values have helped the firm overcome barriers to success.

When asked to speak to the firm’s values, Gerhard starts with creativity. “For SAM, [creativity] is imperative. It is only by being creative, and by developing new products continually, that we will be able to cross the barriers before us. We are limited by our own lack of creativity.”

He then goes on to explain the importance of excellence. “In terms of excellence,” he says, “once you create a product that investors want and need, it’s only through excellent execution of the investment strategy and through reporting with excellence that you make [investors] feel comfortable and confident.”

We asked Gerhard some questions about what Sarona Asset Management looks for in a good deal and his advice to future financial players. Here’s what he had to say:

The theme of the 2012 Social Finance Forum is “Measuring up.” What do you look for in a good deal, and how do you balance the financial return with the social impact? Do you have a recommended approach?

Gerhard: [SAM] is a member of the Investors’ Council of the Global Impact Investing Network. At the first meeting… [the council] had a healthy debate on what is impact: the widget that a company produces, or is it the way a company infuses values in its operations? There was no agreement between the members, but [SAM] looks at both those things. We will invest in affordable housing, education et cetera, but we also look at companies that are not producing inherently beneficial widgets and [SAM] will infuse very progressive HR values et cetera to ensure that these companies become community leaders.

It is extremely difficult to measure a social good. Sarona has about 40 indicators and metrics. Even that, though, is not a perfect science. You don’t come out with a number at the end of the day that says that Sarona is a seven out of 10 on a scale of impact. What it comes down to is measuring a lot of different things. For example, in affordable housing, how many families below the poverty line were you able to get into the houses? The next investment may be completely different. Every company we are investing in needs to measure different things. You can’t sum it all up nicely.

What advice would you give to individuals and organizations considering entering impact investing as financial players?

Gerhard: First, don’t try to get special considerations for yourself. Adhere to the demands and needs of the mainstream capital market. The expectations on you will be just as strong or stronger than on the firms working in the mainstream capital markets. Don’t go soft on yourself; don’t expect others will be soft on you.

Second, don’t try to play the trade-off between social and financial return. There are good opportunities to do both.

One more thing: Try to not just use market principals, but also people. If you’re trying to build a firm, don’t choose your employees and staff only from NGOs; choose them from the investment banks et cetera. You need the unique skill sets that have been honed at places like JPMorgan Chase, but also the people who have the heart and worldview that fit with your culture.


En nomination : Sarona Asset Management

Par : Mathu Jeyaloganthan

Un joueur dans l’espace de l’investissement d’impact bien avant même que l’expression “investissement d’impact” ne soit inventée, Sarona Asset Management (SAM), établie à Waterloo en Ontario ainsi qu’à Amsterdam aux Pays-Bas, est riche d’une longue histoire d’appui au changement dans les marchés frontières. SAM est un fonds de fonds de capital-investissement privé qui investit des capitaux de croissance dans des moyennes entreprises qui relèvent le défi de répondre aux besoins d’un marché frontière.

Devenir un nouveau joueur : davantage d’influence dans les marchés classiques

L’entreprise fut fondée il y a soixante ans par une poignée d’entrepreneurs privés qui avaient décidé d’investir une partie de leurs capitaux dans de petites entreprises de l’Amérique latine. Aujourd’hui, Gerhard Pries, le directeur général de SAM, reconnaît que son historique sert de fondement au succès de la firme. “Ce que SAM a fait au cours des 60 dernières années est d’investir dans de moyennes entreprises oeuvrant dans des marchés en émergence. Aujourd’hui, ces marchés sont beaucoup plus performants que les marchés d’Europe et d’Amérique du Nord. Alors, non seulement, ai-je hérité d’une intégrité historique, mais aussi d’un paysage d’investissement extraordinaire.”

Lorsqu’il parle de l’histoire de la firme, Pries idenfie des obstacles fondamentaux que la firme a dû, et doit toujours, surmonter. “Le tout premier obstacle fut la perception et la compréhension qu’ont les marchés classiques des risques et des dangers associés à ces opportunités d’impact. Notre travail consiste à investir dans les marchés frontières en émergence et les investisseurs craignent ces marchés.” Une autre barrière également, selon lui, est cette omniprésente perception des investisseurs qui croient que l’on doive troquer impact social pour rendement financier.

Pries décrit à quel point le haut degré de propension à l’intégrité dans le monde de l’investissement d’impact peut s’avérer attrayant pour les investisseurs classiques : “J’ai passé beaucoup de temps à New York, dans les projets IB (banques d’investissements), et la propension à l’intégrité n’est pas très grande dans l’industrie traditionnelle… les banques classiques sont d’ailleurs prises à partie. SAM a des investisseurs qui ont perdu beaucoup d’argent en 2008. Non seulement ont-ils perdu leur argent, mais ils n’ont aucune idée où il est allé. Ils sont devenus passablement dégoûtés du manque de transparence et d’intégrité des gros joueurs. Par contre, ils ont été très impressionnés par la relation que nous entretenons avec eux. Quand les investisseurs font l’expérience de la transparence et de l’intégrité avec nous, cela fait une grande différence.”

Chez SAM, la conviction que les capitaux-investissements privés joueront un rôle important dans l’avenir de l’investissement d’impact amène Pries à comparer cette industrie au mouvement environnemental. Dans la foulée des critiques énoncés par David Suzuki, Pries s’oppose avec véhémence à la “ghetoïsation” de l’espace de l’investissement d’impact au sein d’une communauté d’activistes qui découragerait les marchés et les investisseurs classiques.

“Si nous n’amenons pas cette industrie dans les marchés classiques et qu’au contraire, nous la ”ghetoïsons“, l’investissement d’impact ne fonctionnera pas. Le classique croira que nous portons tous des Birkenstocks, mangeons du granola, etc. Et bien qu’une partie de ça soit vrai, ça ne représente pas une image réaliste. Ce dont nous avons besoin, c’est que les marchés traditionnels insufflent, dans leurs décisions d’affaires, des valeurs sociales et environnementales. C’est la raison pour laquelle je crois que nous ne devons pas nous ghetoïser, au contraire, nous devons nous positionner au beau milieu des marchés de capitaux traditionnels.”

L’impact et les entreprises fondées sur les valeurs

SAM fait activement la démonstration à ses clients qu’impact social et rendement financier trimestriel ne sont pas mutuellement exclusifs. La compréhension de la compagnie est que les entreprises les plus progressistes au niveau social et environnemental sont également celles qui obtiennent les meilleurs résultats financiers. Les compagnies qui font fi des valeurs sociales peuvent dépasser leurs compétiteurs pour une temps, mais à long terme, ils n’en seront plus capables. Pries croit fermement que “ce sont les entreprises fondées sur les valeurs qui réussissent à long terme.”

À ce jour, les opérations de SAM sont enracinées dans ses trois valeurs fondamentales de créativité, d’excellence et d’intégrité. Ces valeurs ont permis à la compagnie de franchir les obstacles qui entravaient sa voie vers le succès. Lorsqu’on lui demande de parler des valeurs de la firme, Pries commence par la créativité : “Pour SAM, la créativité est essentielle. C’est seulement en étant créatif et en développant continuellement de nouveaux produits que nous serons en mesure de franchir les barrières devant nous. Nous ne sommes limités que par notre propre manque de créativité.”

Ensuite, il parle de l’importance de l’excellence : “En termes d’excellence, une fois que vous avez mis au point un produit que les investisseurs veulent et dont ils ont besoin, c’est seulement par l’excellence dans l’exécution de la stratégie d’investissement et par l’excellence dans votre manière de rendre des comptes que vous insufflez confiance à vos investisseurs et les mettez à l’aise.”

Nous avons demandé à Gerhard quelques questions sur la façon dont Sarona investit dans l’économie sociale. Voici ce qu’il avait à dire:

Le thème du Forum sur la finance sociale 2012 est : être à la hauteur. Que recherchez-vous dans une bonne affaire et comment équilibrez-vous rendement financier et impact social ? Pouvez-vous recommander une approche ?

Pries explique que SAM est membre du Conseil des investisseurs du GIIN (Global Impact Investing Network) : "Lors de la première rencontre… le conseil a tenu un débat très sain sur ce qu’est l’impact : le machin que la compagnie produit ou plutôt la manière dont la compagnie insuffle des valeurs dans ses opérations. Il n’y eut pas d’entente entre les membres. Mais SAM tient compte des deux critères. Nous investirons dans des logements à prix abordables, en éducation, etc., mais nous étudions aussi les entreprises qui ne produisent pas des trucs fondamentalement bénéfiques. Dans un tel cas, SAM insufflera des valeurs progressistes en matière ressources humaines, ou autre, afin de faire en sorte que ces compagnies devienent des leaders au sein de leur communauté.

Il est extrêmement difficile de mesurer un bien social. Sarona dispose d’environ quarante indicateurs et paramètres. Même avec cela, ce n’est pas une science exacte. Vous n’arrivez pas à la fin de la journée avec un chiffre qui dit que Sarona vaut un 7 sur une échelle de 10 en matière d’impact. En fait, ce qu’il faut, c’est mesurer tout un tas de choses. Par exemple, en matière de logement abordable, combien de familles sous le seuil de la pauvreté avez-vous été en mesure de loger dans ces maisons ? Le prochain investissement pourra être complètement différent. Chaque compagnie dans laquelle nous investissons doit mesurer des choses différentes. Il est impossible de tout résumer simplement."

Lors qu’on lui demande : quel conseil donneriez-vous aux individus et organismes qui envisagent de faire de l’investissement d’impact comme joueur financier ?

Gerhard: D’abord et avant tout, n’essayez pas d’obtenir des considérations spéciales pour vous-même. Adhérez aux demandes et aux besoins du marché de capitaux classique. Les attentes seront tout aussi grandes à votre égard, sinon plus, que pour les firmes oeuvrant dans les marchés de capitaux classiques. Ne soyez pas tendre avec vous-même, ne vous attendez pas à ce que les autres soient tendres envers vous.

Deuxièmement, n’essayez pas de jouer le jeu de troquer impact social pour rendement financier. Il existe d’excellentes opportunités pour réaliser les deux.

Autre chose, essayez de ne pas utiliser uniquement les capitaux du marché, mais aussi les gens. Si vous tentez de bâtir une entreprise, ne choisissez pas uniquement vos employés dans le monde des organismes non gouvernementaux, choisissez les dans les banques d’investissement, etc. Vous aurez besoin des habiletés développées au sein d’entreprises comme JP Morgan Chase, etc., mais aussi de gens qui ont un coeur et une compréhension du monde qui correspondent à votre culture.

Print

Comments are closed.