Toronto Atmospheric Fund

Nominee: Toronto Atmospheric Fund

By: Howard Tam

Just behind Toronto City Hall sits a nondescript, very industrial-looking building. One might be forgiven for passing it by without giving it a second thought; after all its non-eye-catching design doesn’t look like it belongs next to Viljo Revell’s 1966 masterpiece. But behind this facade resides one of the most innovative social finance players in Toronto—the Toronto Atmospheric Fund (TAF).

TAF was established in 1991 with the mandate to clean the air and reduce greenhouse gas emissions in Toronto. The fund was provided with a one-time $23 million endowment that has since funded the operations and investments that TAF has made. A City of Toronto agency, TAF prides itself on the fact that it is a fully self-sustainable entity that does not require government funding.

In a way, TAF has been involved in social finance since its inception. For years the fund has provided grants and loans to projects that could have a demonstrable impact on greenhouse gas reductions and clearing the city’s air. To date, $51 million in loans and grants have been provided. TAF’s projects with the city alone have already saved Toronto $55 million.

More recently, the fund has been upping its game with impact investing. As part of its 2011–2014 Strategic Plan, TAF has three core objectives: incubating climate solutions, mobilizing financial capital and mobilizing social capital. Under the second objective, TAF aims to “significantly increase the amount of public and private capital available for the deployment of market transforming greenhouse gas reduction initiatives.” Pretty heavy stuff for an organization with a team of just eight staff members.

The vision

“Our mandate drives us,” says TAF’s CEO, Julia Langer, “and we have great partners, including our board, staff and volunteer committees.”

The TAF mandate, which is enshrined in provincial legislation, dictates its core mission and objectives. TAF’s investments are guided by the fund’s investment policy, a document vetted by three levels of governance: TAF’s Investment Committee (which, according to Julia, consists of “15 blue-chip Bay Street investors”), the TAF board and Toronto City Council. Driven by passion and a desire for innovation, TAF’s dedicated staff and self-selected volunteers are always aiming to punch above their weight.

TAF’s impact investing work evolved out of its mandate: “We were always looking to get more for the mandate,” says Julia. Investing in it seemed a logical choice. “There was a recognition that if you ignore carbon risk and don’t pay attention to ESG risk, you do worse in the long term.”

This last point proved prescient during the 2008 financial crisis. While TAF’s traditional investments weren’t doing so well, the fund’s impact investments were actually paying the bills.

Part of getting more for the mandate also meant looking for new opportunities—or inventing opportunities where none existed. In the world of real estate and development, which is traditionally driven by financial returns, it’s not easy to convince stakeholders that investing in green is beneficial. It can be risky—what if the energy returns don’t materialize?—and, quite frankly, efficient HVAC systems don’t headline eye-catching sales brochures.

But this is how TAF has played a big role in shaping the marketplace. Creating new opportunities allows TAF to make significant impact with their endowment. The rest is about finding champions and demonstrating the business case.

“You do need people who get it,” says Julia about TAF’s challenges. “And it needs to be coupled with strong financial rigour and an impact investment appetite.”

TAF has worked to create this rigour and appetite by thoroughly vetting all of its investment plans, performing excellent due diligence—and showing that their plans work.

What makes them unique

“We’re not the cookie cutter, we’re the mould,” says Julia about TAF’s role in shaping the marketplace. “We prototype and invent our own investments and metrics. We’re pioneers up against industry standards.”

And this is how TAF succeeds. For example, TAF pioneered the Green Condo Loan, providing financing to “unlock” energy efficient construction techniques in two condo buildings in Toronto. Its success and proof of concept eventually enabled higher construction standards to be written into the Toronto Building Standard, which subsequently influenced revisions to the provincial building code in 2011. Now that’s impact!

TAF continues to prototype and incubate. The fund has previously invested in a solar hot-water utility, and developed a small revolving fund for residential solar photovoltaics. TAF is now embarking on a new venture that will charter a corporation to provide capital for retrofits to smaller multi-residential and mid-rise commercial buildings. This market has traditionally been too small for established players. TAF will provide a product that makes use of Energy Savings Purchase Agreements that are backstopped with energy savings insurance to help minimize risks and encourage stronger uptake.

Three key performance indicators guide TAF’s investments: mobilization of financial capital, mobilization of social capital and greenhouse gas reductions. The first indicator concerns how much additional external financial capital TAF’s investment mobilized. The current goal is to be able to mobilize at least 10 times their original endowment: $230 million. The second indicator looks at what sort of functional and influential partnerships TAF’s investment was able to bring on board, including any resulting policy reform. The third indicator examines the total amount of greenhouse gas reduction through the life of the investment.

Success factors for TAF include having a strong investment policy and a dedicated and knowledgeable Investment Committee, and clearly defining a narrow focus for their investments: urban-focused, in the Toronto area, and must reduce greenhouse gases and produce a return.

“We clearly communicate our small ‘strike zone’ to the outside world,” notes Julia. Doing so allows TAF to avoid questionable opportunities and focus on getting their investments to pay off. The approach seems to be working, as TAF has yet to see a default. Julia would advise others who are seeking to get into the impact investment space to ensure they have the same factors in place.

What’s next for impact investing in Canada

For the sector, Julia really hopes that today’s impact investing will become tomorrow’s mainstream investing. This is when we will know that real change has occurred.

“But we will need to keep vigilant on the ‘green-washing’ of bad investment—it will take strong willpower to continue to make the investment world a force for positive income,” she notes.

The sector also needs more intermediaries—those who can bring impact opportunities to investors. “At this point in time, who do you call for this?” Julia asks.

Why are they “Canada’s Most Promising New Financial Player” in social finance?

It may seem a bit strange that all this innovation is being done by a governmental agency—after all, government has a reputation for being overly bureaucratic and slow. But TAF works well with the City of Toronto, and its public status is what makes the fund a unique player. As a public body, TAF is required to focus on the public and share knowledge. In fact, it is one of the few social finance players that openly shares its investment policy with the world, and TAF is never in it for long-term gain. The fund’s policy is to make its impact then leave it to others to scale up with what has been learned.

“We just want to get more people into this,” explains Julia. A very promising philosophy, indeed.


En nomination : Toronto Atmospheric Fund

Par : Howard Tam

Tout juste derrière l’hôtel de ville de Toronto se situe un édifice sans style, à l’allure vaguement industrielle. On pourrait même pardonner à un individu de passer outre sans même le remarquer. C’est d’un design fade qui n’a certainement pas l’air d’avoir sa place dans le même environnement que le chef-d’oeuvre créé par Viljo Revell en 1966. Mais derrière cette facade, loge l’un des joueurs les plus innovateurs du monde de la finance sociale de Toronto, le Toronto Atmospheric Fund (TAF).

Le TAF fut établi en 1991 avec pour mandat de purifier l’air et de réduire l’émission des gaz à effet de serre à Toronto. Le fonds se vit confier un montant unique de 23 millions $, montant qui a financé les opérations et les investissements du TAF depuis ce temps. Une agence de la ville de Toronto, le TAF est fier du fait qu’il est une entité totalement autosuffisante qui ne requiert aucun financement de la part du gouvernement.

D’une certaine manière, le TAF fut impliqué dans la finance sociale depuis sa création. Durant des années, le fonds a fourni des subventions et des prêts à des projets qui pouvaient démontrer qu’ils avaient un impact sur la réduction des GES et aidaient à purifier l’air de Toronto. À ce jour, 51 millions $ en prêts et subventions ont été accordés. Les projets du TAF avec la ville seule ont déjà permis à cette dernière d’économiser 55 millions $.

Plus récemment, le fonds a franchi un pas de plus en s’impliquant dans l’investissement d’impact. Dans son plan stratégique 2011–2014, le TAF identifie trois objectifs fondamentaux : servir d’incubateur pour des solutions climatiques, mobiliser des capitaux financiers et mobiliser des capitaux à impact social. Sous la seconde initiative, le TAF vise à “augmenter de manière significative le montants disponibles de capitaux publics et privés pour le déploiement d’initiatives transformatrices du marché qui visent à réduire les gaz à effet de serre.” Une commande plutôt élevée pour une organisation comptant une équipe de huit personnes.

La vision

“Notre mandat nous anime” raconte la directrice générale de TAF, Julia Langer, “et nous avons des partenaires extraordinaires, incluant nos membres du conseil d’administration, notre personnel et les comités de bénévoles.” Le mandat de TAF, qui est enchassé dans une loi provinciale, dicte la mission intrinsèque et les objectifs. Les investissements de TAF s’appuient sur sa politique d’investissement, un document approuvé par trois paliers de gouvernance : le comité d’investissement de TAF (constitué de 15 investisseurs blue-chip comme le décrit Langer), le conseil d’administration de TAF et le conseil municipal de Toronto. Animé par la passion et le désir d’innover, les employés dévoués de TAF et les bénévoles autosélectionnés s’arrangent pour toujours jouer au niveau des ligues majeures.

Le travail d’investissement d’impact de TAF s’est imposé à partir de son mandat. “Nous avons toujours chercher à obtenir davantage pour remplir notre mandat” déclare Langer. Investir dans celui-ci semblait être un choix logique. “Chez-nous, il était généralement accepté que si l’on fait fi des risques reliés au carbone et que l’on ne porte pas attention aux émissions de GES, tout ira plus mal à long terme.” Ce dernier point prit l’allure d’une prémonition au moment de la crise de 2008. En effet, alors que les investissements traditionnels n’allaient pas très bien, ce sont les investissements à impact social qui, en fait, contribuèrent à payer les factures.

En obtenir davantage pour remplir le mandat a aussi signifié de chercher de nouvelles occasions ou d’en inventer lorsque celles-ci n’existaient pas. Dans l’univers de l’immobilier et du développement, qui est traditionnellement animé par le rendement financier, il n’est pas toujours facile de convaincre les partenaires qu’il est bénéfique d’investir dans l’énergie verte. Ça peut être risqué : et si les rendements sur l’énergie ne se matérialisent pas ? Et puis, soyons francs, les systèmes de chauffage et de ventilation haute performance ne font pas les grandes lignes des catalogues de vente.

Mais c’est pourtant comme ça que TAF a joué un grand rôle dans la transformation du marché. La création de nouvelles opportunités permet à TAF d’avoir un impact important sur sa richesse. Pour le reste, c’est une question de trouver des champions et de faire la démonstration de la rentabilité. “Vous avez besoin de gens allumés” déclare Langer à propos des défis de TAF, “et vous devez conjuguer cela avec une grande rigueur financière et un appétit pour l’investissement d’impact.” TAF a travaillé pour créer cette rigueur et cet appétit en vérifiant soigneusement ses plans d’investissement, en pratiquant une diligence raisonnable et en faisant la preuve que ses plans fonctionnent.

Ce qui les rend unique

“Nous ne sommes pas le couteau à pâtisserie. Nous sommes le moule”, s’enthousiasme Langer en parlant du rôle de TAF dans l’évolution du marché. “Nous produisons des prototypes et nous inventons nos propres investissements et paramètres. Nous sommes des pionniers qui défient les standards de l’industrie.” C’est comme cela que TAF réalise ses succès. Par exemple, TAF fut le pionnier du Green Condo Loan, prêt qui offrait du financement pour la mise en pratique de techniques de construction plus efficaces en matière d’énergie. Ce prêt fut mis à l’essai dans deux édifices de condominiums de Toronto. Son succès et sa preuve du concept se sont éventuellement vu décerner le titre de plus haut standard de construction inscrit dans le manuel du Toronto Building Standard lequel a subséquemment influencé les révisions apportées au code de construction provincial en 2011. Vous parlez d’un impact!

TAF poursuit sur sa lancée de prototypes et d’incubation. Le fonds a récemment investi dans un service public de chauffage de l’eau par énergie solaire. Il vient de mettre sur pied un fonds renouvelable destiné aux systèmes photovoltaïques résidentiels. TAF s’est à présent embarqué dans une nouvelle aventure qui verra la constitution d’une corporation qui fournira des capitaux pour la rénovation de petits édifices multi-logements et des édifices commerciaux de hauteur moyenne. Ce marché s’est traditionnellement avéré trop petit pour les joueurs établis. TAF offrira un produit qui mettra à profit les Accords de performance en économie d’énergie (Energy Savings Performance Agreements) qui s’appuieront sur une assurance de réduction de la consommation d’énergie afin de mitiger les risques et stimuler l’intérêt pour son produit.

Trois indicateurs clés de performance (KPI) guident les investissements de TAF : la mobilisation de capital financier, la mobilisation de capital social et la réduction des GES. Le premier indicateur mesure combien de capital financier externe les investissements de TAF ont-ils réussi à mobiliser. Le but actuel est de réussir à mobiliser au moins dix fois la mise de départ du fonds, soit 230 millions $. Le second indicateur mesure l’influence et la fonctionnalité des partenariats engendrés par les investissements de TAF, incluant toute réforme de politique ayant pu en découler. Le troisième indicateur mesure le total des réductions de GES sur toute la durée de l’investissement.

Les indicateurs de succès chez TAF incluent : avoir une solide politique d’investissement, maintenir un comité d’investissement dévoué et compétent et rester concentrer sur le point focalisateur de leurs investissements (centré sur la ville, région de Toronto, doit réduire les GES et produire un rendement). “Nous communiquons clairement notre ”petite zone des prises“ au monde extérieur”, précise Langer. Cette pratique permet à TAF d’éviter les occasions douteuses et de focaliser sur le rendement de leurs investissements. L’approche semble fonctionner puisque TAF n’a jamais souffert de défaut de paiement jusqu’à présent. Langer conseille à ceux qui souhaitent s’impliquer dans l’investissement d’impact de s’assurer qu’ils ont des indicateurs semblables en place.

Que réserve l’avenir pour l’investissement d’impact au Canada

Pour le secteur, Langer espère vraiment que l’investissement d’impact d’aujourd’hui deviendra l’investissement classique de demain. C’est alors que nous saurons qu’un véritable changement est intervenu. “Mais il nous faudra être vigilants face au ”verdissement d’image“ des mauvais investissements; ça prendra beaucoup de volonté pour continuer à faire du monde de l’investissement une force de revenus positifs”, note Langer. Le secteur a aussi besoin de davantage d’intermédiaires, ceux-là qui présentent les opportunités d’impact aux investisseurs. “En ce moment, qui pourriez-vous appeler pour cela ?”, demande Langer.

Pourquoi sont-ils “le nouveau joueur le plus prometteur au Canada” en finance sociale?

Cela peut paraître étrange que toute cette innovation provienne d’une agence gouvernementale, après tout le gouvernement a la réputation d’être outrageusement bureaucratique et lent. Mais TAF travaille bien avec la ville de Toronto et son statut d’organisme public contribue à en faire un joueur unique. En tant qu’orgnisme public, TAF est obligé de garder son focus sur le public et de partager ses connaissances; c’est l’un des rares intervenants en finance sociale qui partage ouvertement sa politique d’investissement avec le reste du monde; de plus TAF n’est jamais impliqué dans les profits à long terme. Leur politique est de produire un impact puis de laisser la place aux autres pour qu’ils développent à partir de ce qui a été appris.

“Nous voulons seulement attirer davantage de gens dans cette aventure”, mentionne Langer. Une philosophie remplie de promesses en effet.

Print

Comments are closed.